carnets du Népal | 3.13

carnet #3, « chambres » | fragment 13


23 août 2013

Voilà déjà deux nuits que je dors mal, maldors.

Est-ce l’air de Katmandou ? – depuis mon retour, j’ai vu ma santé se dégrader. Première soirée de fatigue, de faiblesse. Première nuit de froid, de frissons. Première journée de malaise, de migraine. Deuxième soirée de sinus, de nausée. Deuxième nuit de chaleur, de douleur. Deuxième matin de crampes, de spasmes. Et traversant comme une flèche la nuit d’hier à aujourd’hui, ce pincement aigu du côté du cœur, du poumon.

Si ce n’est l’air pollué de Katmandou, alors c’est peut-être bien l’eau dormante de Chitwan. Quand je suis arrivé dans la jungle, il n’était pas tombé une seule goutte de pluie depuis plus d’un mois. Dès la deuxième heure de séjour, il a plu. Et le lendemain. Et le surlendemain. Il n’en fallait pas plus pour réveiller les moustiques desséchés. Au milieu de la troisième nuit, je n’étais plus seul dans mon lit à moustiquaire. J’ai allumé ma lampe torche, tué deux, trois, quatre moustiques, constaté que la moustiquaire était percée de toute part. Si je n’ai pas été piqué les deux premières nuits, c’est simplement que les insectes dormaient encore dans le sable.

L’appétit de l’anophèle femelle tout juste sortie d’un long coma se montre terriblement vorace. À chaque endroit du corps où j’ai été attaqué, genou front coude cheville, je compte de cinq à dix piqûres en tirs groupés.

Et si j’avais rapporté le paludisme de la jungle ? À Chitwan, les risques de contracter la malaria sont faibles mais existants.

Encore une fois la chambre recueille les inquiétudes du corps. Si j’ai le palu, on va me porter dans une autre chambre, aux draps plus blancs encore, aux draps blancs comme une page. Je pourrai bien aligner mes petites pattes de mouche sur la surface du drap-page ; elles seront vite lavées, effacées à l’eau de javel. Je serai ramené aux chambres d’hôpital de mon enfance, Cambellton, Rimouski, Montréal. Mes rêves seront muets et d’une blanche profondeur.

Sommeil blanc comme le mot coma.


précédent | suivant

retour sommaire


retour haut de page


publié par Mahigan Lepage
ce billet a reçu 52 visiteurs
dernière mise à jour le 19 février 2014
site sous license Creative Commons Licence Creative Commons